8 décembre 2010

Cueillette d'ortie des bois / Laportea canadensis

La forêt où je cueille mes tiges
Me voilà finalement de retour sur ce blog. Depuis notre déménagement en juin dernier, l'ordinateur est situé dans notre chambre, au 2e étage, et puisque je passe la plupart de mon temps au salon au rez-de-chaussée, je suis naturellement moins porté à prendre le temps d'aller sur l'ordinateur. Je suis tout de même actif côté vannerie, quand je peux prendre le temps; il faut savoir que je suis papa de deux jeunes enfants, un de 2 ans et une petite de 4 mois! Ça épuise et tient occupé, je vous l'assure...

J'ai eu la chance de faire beaucoup de cueillette cette année, principalement durant le printemps et l'été, mais un peu aussi cet automne. Dans un prochain message, je vous donnerai tous les détails de ces nombreuses matières que j'ai cueillies.

Donc, cet automne j'ai cueilli principalement deux matières, l'apocyn (apocynum cannabinum / androsaefolium) et l'ortie des bois (laportea canadensis). Ces deux plantes fournissent de la fibre de qualité, tel que le lin et le chanvre. Ces fibres n'ont rien à voir et rien à envier au coton qui est de loin moins résistant.

L'apocyn était très apprécié (et l'est encore, mais moins!) par les autochtones un peu partout en Amérique du nord. Une propriété intéressante de cette fibre est qu'elle ne rétrécie pas lorsqu'on l'utilise dans l'eau et qu'on la sèche ensuite, ce qui est parfait pour la fabrication d'un filet à pêche.

L'ortie des bois était également apprécié et utilisé abondamment et d'après une source, ce sont les Wendats vivant près des grands lacs qui la chérissaient particulièrement. Eh bien je peux dire que moi aussi je la chérie, sa cueillette étant un moment que j'attends à chaque automne. J'ai essayé l'asclépiade, l'apocyn et l'ortie et c'est sans aucun doute celle-ci que je préfère.

Tiges d'ortie des bois

Gros plan de leurs poils urticants, inoffensifs à ce moment de l'année!

On retrouve cette plante habituellement dans les forêts de feuillus, là où on retrouve des érables et des hêtres. Depuis deux ans, je cueille mes tiges en bonne quantité (au moins une centaine) dans une belle petite forêt à Oka où cette plante pousse à profusion, comme il est possible de voir sur la photo au début de ce message. C'est donc un bon endroit pour cueillir des feuilles au printemps pour se faire des tisanes, mais je ne conseille à personne de s'arrêter longtemps dans ces talles durant l'été, même si cette espèce est moins puissante que l'ortie dioïque d'Europe!

Maintenant que j'ai cueilli toutes ces tiges, je vais devoir prendre une fin de soirée ou deux à séparer les fibres de la tige, que je roulerai en cordage plus tard. J'ai déjà hâte de m'y mettre!

Luc

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire